Nicolas Titeux

Ingénieur du son | Sound designer
Compositeur

Les 10 défauts principaux du son

par | Déc 4, 2020

La qualité d’enregistrement d’un son se mesure selon deux paramètres essentiels : le rapport signal sur bruit et la distorsion. Le rapport signal / bruit est l’écart d’amplitude, mesuré en décibels, entre un son utile et le bruit de fond. La distorsion est une déformation du signal inhérente au microphone, au préampli et aux convertisseurs audionumériques. Voici les principales sources de bruit et les différentes distorsions.

1 Le souffle, bruit de fond électronique

 
Le souffle est un bruit électronique parasite lié à l’agitation des électrons dans un préamplificateur ou un microphone, lorsque le gain d’entrée est élevé. C’est un bruit blanc étalé sur l’ensemble des fréquences du spectre sonore, ce qui le rend difficile à filtrer. C’est un défaut très prégnant sur les préamplis d’entrée de gamme qui équipent certains enregistreurs portables. Tous les micros génèrent aussi un souffle appelé « bruit de fond propre » qui devient audible seulement si on enregistre des sons très faibles. C’est toutefois un défaut assez peu gênant s’il est maîtrisé, car sa sonorité est naturelle.

2 Le ronflement

 
Les bruits électriques ou électroniques (buzz ou hum) se produisent lorsqu’un micro ou un câble de micro captent un rayonnement électromagnétique généré par un appareil électrique. Les buzz sont souvent tonals, avec une fréquence fondamentale qui correspond à celle du réseau électrique : 50 Hz en Europe et 60 Hz aux États-Unis. Du fait de sa nature « musicale », le ronflement est très gênant. Il est heureusement assez facile à filtrer.

bruit

3 L’écrêtage et la distorsion harmonique

 
L’écrêtage ou clipping est un problème qui apparait lorsque le niveau d’entrée d’un amplificateur ou d’un circuit analogique est saturé et que le niveau de sortie est limité par sa valeur maximale. Cela se traduit par une déformation de la forme d’onde sinusoïdale en une forme carrée caractéristique. Sur les appareils numériques, cette distorsion est particulièrement audible et désagréable. Elle doit à tout prix être évitée grâce à un réglage adéquat du niveau d’entrée et éventuellement un limiteur.
 
La distorsion harmonique ou THD est une conséquence de la saturation d’entrée. Des harmoniques (ou multiples de la fréquence fondamentale) s’ajoutent de manière indésirable à un signal. Une faible distortion harmonique est inhérente à tout système d’enregistrement et de diffusion du son, et doit rester en dessous d’un certain seuil pour ne pas être audible.
 
On utilise aussi la distorsion harmonique volontairement pour modifier le timbre d’un instrument comme la guitare électrique. On parle alors plutôt de saturation même si le terme n’est pas exact.
 
Voici un son pur à 125 Hz auquel on ajoute progressivement de la distorsion harmonique.

ecretage saturation

4 Le pleurage

 
Le pleurage est une déformation de la hauteur du son liée à une vitesse de lecture non uniforme. Elle se produit seulement sur des supports analogiques comme un projecteur de cinéma, un magnétophone ou une platine vinyle. Grâce à leurs horloges électroniques, les supports d’enregistrement numérique ne génèrent pas de pleurage.

spectrogramme pleurage

5 Les clics et les discontinuités

 
Un clic est un son transitoire (de très courte durée) souvent lié à une coupe dans le son ou à un problème de synchronisation. Les poussières présentes sur les sillons d’un disque vinyle provoquent aussi des clics. Ces petits défauts sont souvent assez facile à réparer du fait de leur brièveté.

6 La réverbération

 
La réverbération est très fréquente avec l’avènement de la prise de son par des personnes non-professionnelles du son, a fortiori dans des lieux non traités acoustiquement. Appelée parfois « écho » par le grand public, la réverbération parasite apparait lorsque le rapport entre le son direct et le son réverbéré est trop faible. Elle est généralement due à un mauvais placement de micro ou à un micro non adapté. Ce défaut nuit à l’intelligibilité de la voix.

7 Le bruit du vent

 
Ce problème provient d’une mauvaise isolation du micro. L’air en mouvement génère une distorsion basse fréquence dans la membrane du micro. On peut expérimenter la même distorsion dans nos tympans lorsque nous roulons en vélo. Pour s’en prémunir, les ingénieurs du son équipent les micros de bonnettes et cages anti-vent en extérieur (lire l’article Protéger ses micros du vent).
 
En studio, les filtres anti-pop protègent les micros du vent généré par les consonnes occlusives (B et P).

8 Les bruits de manipulation ou de perche

 
La manipulation d’un micro, d’un pied de micro ou d’une perche est source de bruits parasites. Ce sont des sons très caractéristiques à basse et moyenne fréquence, captés par le micro de manière solidienne. Les perchmans professionnels évitent ce genre de bruit parasite en manipulant la perche avec une grande précaution. Sur les petits enregistreurs avec micros intégrés, les bruits de manipulation sont très problématiques. L’exemple qui suit est un bruit de perche typique, localisé dans les très basses fréquences.

9 Les frottements de micro

 
Les frottements de micros sont typiques des micros cravates (ou lavaliers) lorsqu’ils sont cachés sous un vêtement et mal protégés. Les vêtements en matière synthétique sont plus problématiques que les vêtements en coton car ils génèrent des sons plus agressifs lorsque la personne qui les porte bouge.

10 Les sons indésirables

 
Le bruit de fond acoustique désigne l’ensemble des sons indésirables créés par l’environnement qui perturbe le son utile. Il peut être régulier (circulation lointaine, vent, mer, rivière) ou irrégulier (voix, passages de voiture). Il est difficile d’isoler un son de son bruit de fond acoustique si ils se situent tous deux sur la même bande de fréquence. A l’inverse, il est très simple de supprimer la rumeur d’une ville de l’enregistrement d’un oiseau par exemple.

bruit de fond trafic

Comment corriger au mieux les défauts du son ? C’est l’objet de cet article : la restauration sonore.

Photos by RayBay on Unsplash.
Also Read:
Facebooktwitterlinkedinmail
rss

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Powered by the Sound Story Network